races et variétés
Accueil du site > races et variétés > Oie grise du marais Poitevin

Oie grise du marais Poitevin

L’Oie Grise du Marais Poitevin

Oie Grise du Marais Poitevin ; crédit-photo : CREGENE Elevée principalement sur les marais communaux, l’Oie Grise produit une viande de qualité, 100% naturelle, et un duvet qualifié de "plume vivante" par les cueilleurs. Malgré ses atouts, cette oie a bien failli disparaître. En 1993, le Parc du Interrégional Marais Poitevin a monté d’urgence un programme de sauvegarde. Trois ans plus tard, des animaux on été distribués aux éleveurs afin de reconstituer des cheptels. Ils font aujourd’hui un retour remarqué.

Très proche de l’oie sauvage, l’Oie Grise du Marais Poitevin montre une grande rusticité. Sur les vastes espaces prairiaux où elle grandit, elle joue son rôle écologique, un rôle complémentaire à celui des autres herbivores. Elle reste une valeur sûre de nos traditions festives et gastronomiques.

Recensement 2009 :

Il existe une vingtaine d’élevages sur lesquels environ 150 Oies Grises du Marais Poitevin ont été recensées à ce jour. Une soixantaine de jeunes sont nés en 2009

Mâles Femelles Jeunes Eleveurs dont Nouveaux
29 69 29 19 7
Total 127

Caractéristiques de l’Oie Grise du Marais Poitevin

Actuellement, l’Oie Grise du Marais Poitevin n’a pas de standard spécifique homologué. Cependant, certains caractères spécifiques sont importants à prendre en compte dans la sélection.

Son allure, assez vive, dénote un caractère de vigilance, propre aux espèces sauvages et aux espèces domestiquées qui ont une très grande propension à faire respecter leur territoire. Sur le « qui vive », le mâle allonge le cou en le maintenant très droit, le bec vers le ciel. Sur la « défensive », il l’allonge en le maintenant très droit, parallèle au sol à environ 25/30 cm.

Oies grises du Marais Poitevin et Oies blanches du Poitou ; crédit-photo : Ludivine Cosson En position d’attaque, après une série d’avertissements (corps un peu décalé sur le côté, à l’exception du cou et de la tête toujours face à l’agresseur - sifflements et chuintements) il lance plusieurs cris : « abng ! abng ! abng ! », tout en venant pincer l’agresseur.

Le corps, assez lourd à l’arrière des cuisses, donne l’impression d’un postérieur un peu pesant. Les mâles plus grands que les femelles mesurent 70 cm de long et présentent une envergure de 160 cm. Ils pèsent entre 4 & 5 kg alors que les femelles n’atteignent que 4 à 4,5 kg.

La tête, forte, présente avec le cou, les caractéristiques du « brouteur d’herbe ». Le cou, assez court (25 à 32 cm), est orné de plumes grises formant des rangées qui ont l’aspect de stries ou de sillons. la partie supérieure dorsale est plus sombre sans excès, la partie inférieure ventrale est claire. Le cou d’une oie adulte ressemble à une serviette que l’on aurait essorée à la main. Cet aspect est moins marqué chez le jeune. Le Cercle orbital est rose, les yeux gris.

Le bec est gros, puissant et profilé en forme de coing avec parfois un étroit anneau de plumes blanches à la base ; de couleur rose, il est bordé d’un liseré blanc. L’onglet, partie renflée de l’extrémité supérieur du bec, est blanchâtre. Les narines, légèrement arquées à droites, sont ouvertes.

On remarque un liseré blanc sur le flanc. Les plumes du manteau ont une extrémité droite comme si elles avaient été coupées. Les plumes, dont le bord est blanchâtre, forment des lignes régulières sur toute la partie supérieure de l’oiseau ; chez le jeune, ces plumes sont plus étroites avec une pointe un peu arrondie et un liseré clair moins marqué, le dessin en résultant devient plus ondulant et flou. Les mêmes observations sont valables sur les plumes scapulaires et les plumes alaires. Les plumes claires des ailes sont grises, les mains grises, le manteau gris clair. Oies Grises du Marais Poitevin ; crédit-photo : Ludivine Cosson

Chez l’oie adulte (mâle et femelle), le ventre est tacheté de points noirs en nombre restreint (10 maximum). Les sujets non puberts ne présentent pas cette caractéristique. La queue, au plumage blanc dégradé, est fermée, courte, droite et presque horizontale. Le croupion est blanc et les pattes roses.

Les onglets et des ongles se caractérisent également par la couleur blanche. Les ongles sont légèrement courbés. On note que les onglets pâles sont majoritaires dans la population, mais le caractère « onglet noir et ongles noirs » pourrait servir de base à un standard différencié. Le diamètre des bagues est de 24 mm Quelques défauts ont été observés chez l’Oie Grise : début de caroncule, panouille, plumes blanches au bout des ailes, croisement des ailes sur le dos en position repos, tarses trop jaune orangé, blanc sous le bec (extrait de la journée technique menée par le juge avicole Marylène Le Goff, 16 février 2002).

On peut relever les défauts rédhibitoires suivants :
-  tête trop massive, trop petite et trop pointue
-  bec trop court ou tuberculé
-  oeil bleu
-  présence d’une huppe
-  cou court ou trop long, en col de cygne
-  plumes très foncées, ventralement sous le cou
-  liseré blanc autour du bec très haut, débordant avec sous ou sans mouchetons
-  fanons ou ailes tombants
-  plumes très foncées ventralement ou présence de tâches blanches
-  mains blanches
-  queue verticale ou de travers
-  manteau trop clair, trop foncé
-  liseré ou plumes au dessin très irrégulier

L’Oie Grise présente les performances suivantes :
-  ponte 15 à 35 œufs
-  maximum de production : 7 ans
-  incubation des œufs : 29/30 jours
-  coquilles assez dures
-  petits : bruns au-dessus du corps, teintés de jaune et le ventre jaune foncé

Vous souhaitez en savoir plus, trouver un éleveur ou devenir adhérent ? Contactez-nous !

Télécharger l’inventaire 2015 des éleveurs et des populations :

PDF - 1.8 Mo
  Avec le soutien du PITE Marais Poitevin
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Réalisation : Gillian Salerno - Observatoire Régional de l'Environnement
dans le cadre du Réseau Partanarial des Acteurs du Patrimoine Naturel